La pétanque est un art...
Archives du Blog - Echos de la pétanque
Posté par Sacha   
20-03-2007

... l'art de la pétanque

La pétanque a commencé sa mutation, elle est appelée à s'élever vers un art plus maîtrisé, plus réfléchi, ou le respect des autres, des régles, de l'éthique sont indispensables.

La pétanque est devenue une discipline ou le corps et l'esprit sont sollicités. Une discipline qui s'apprend en développant les qualités physiques et celles de l'esprit, avec un disciple et un transmetteur.

L'adresse, le talent ne suffisent pas, le travail souvent non plus.

En effet, les pétanqueurs sont bien préparés, physiquement et techniquement, mais si nous sommes en compétition, nous aurons besoin d'un petit plus par rapport aux adversaires, la condition psychique peut faire la différence.

La pétanque est un art, ce n'est pas que trois boules d'acier à dominer, en effet, jeter des tonnes de boules, sans réflexion, en ayant appris les gestes et la technique tout seul, c'est créer et prendre des mauvaises habitudes que notre mémoire va s'empressée d'enregistrer et de reproduire en concours.

Laissons de côté, les aspects techniques, tactiques, physiques et regardons ce qui va nous donner un fort mental, celui qui va nous permettre d'utiliser en concours 100% de nos capacités, quelles que soient les circonstances : exprimer de façon constante, tout au long de la compétition, ce que l'on sait faire, réaliser son potentiel en jouant à son niveau.

Le principal "ennemi" que nous devons affronter, ce n'est pas les autres mais nous-mêmes... Les obstacles que nous rencontrons, sont faits de toutes sortes d'émotions perturbatrices : la colère, la joie excessive, la jalousie, la rancune, la peur, les angoises, le stress, la pression, l'excès de confiance... tout cela ne vient pas des autres, des boules, du terrain mais bien de nous-mêmes, personne n'est à l'abri de ce genre de problème y compris les joueurs expérimentés, plus la partie se "tend", plus la pression monte et risque de nous paralyser.

Les symptômes sont visibles sur le terrain : les émotions gagnent nos mains, jambes, nuque, épaule... on remarque, la démarche raide, les poignets crispés, tendus, la cheville sans souplesse, le bras qui ne monte plus, le regard fixe, respiration bloquée... le bras, le balancier et l'équilibre sont touchés, on ne prends plus les bonnes décisions; ce genre de situation que nous ne contrôlons plus nous échappe petit à petit et l'efficacité va baisser jusqu'à 40 ou 60%... donc, avant de battre les adversaires, nous devons remporter une victoire sur nous-mêmes.

Comment faire pour gérer les émotions, comprendre les contre-performances, les échecs, dépasser la peur de gagner ou de perdre, travailler notre confiance en nous et notre maîtrise? Voilà les bases d'un entraînement aussi important que la technique et l'adresse, le vrai problème du pétanqueur c'est d'oublier tout ce qui n'est pas nécessaire à l'accomplissement de sa tâche (tirer-pointer), le corps et l'esprit se fixent sur cet objectif, pour garder l'esprit libre, la détente est nécessaire, les états d'âmes, les mauvaises pensées seront écartées sans relache... nous sommes des humains et une émotion, au départ n'est ni bonne ni mauvaise, mais elle peut devenir un obstacle si elle nous envahit... évitons de penser à l'avant (mauvaise mène) et à l'après (nous devons marquer) cela encombre l'esprit inutilement, il faut rester dans le présent.

Souvent des jeunes joueurs nous étonnent par leur culot, leur"inconscience", ils réussisent des "trucs" impossibles car ils ne se posent pas de questions, ils se préoccupent du jeu uniquement, ils n'ont rien à perdre. Le sérieux sur le terrain, n'est pas dans une attitude anxieuse, figée, agressive, coupée du monde, pas plus qu'avec un esprit dispersé... une concentration trop excessive tend l'esprit et crée incertitude, mécontentement, stress... Notre attention doit plutôt porter sur la respiration, sur la souplesse de notre poignet, de nos jambes... le bon joueur se remarque par sa régularité. Nous devons nous entraîner, sans relache, à sortir la boule sans effort, ce geste doit se répéter sans arrêt, après ces moments là, reviendront naturellement et plus souvent en compétition.

La régularité s'apprécie dans la durée, l'idée est de supprimer au maximun l'effort à l'envoi des boules (tir et point), moins on utilisera la volonté, plus on tiendra le rythme durant tout le concours, sans tension et pression inutiles. Tout le monde a vécu ces moments là où tout est facile où la boule sort toute seule, sans effort, c'est une sensation merveilleuse... notre but s'est d'être le plus souvent possible dans cet état là et nous avons vu que cela se travaille à l'entraînement. La bulle étanche (l'abri mental), nous aide à rester sur l'objectif, il nous préserve des distractions et des pensées... dans le rond, avant de tirer ou de pointer, il ne nous reste plus qu'à imaginer le mouvement, sans bouger et voir s'il est "payant" avant de l'exécuter, notre cerveau ne fait pas la différence entre le geste réalisé et le même geste réaliser mentalement.

La pétanque est un art et si elle peut nous élever davantage, au-dessus de notre vie quotidienne et nous procurer du plaisir en faisant de nous les Maîtres des boules, alors notre vie deviendra... Pétanque.
 
 

Voir la discussion autour de cet article La pétanque est un art... l'art de la pétanque dans le forum.

 
< Précédent   Suivant >